bien-etre, Uncategorized

Angoisses, anxiétés

Crises d’angoisses, anxiétés, attaque de panique, mon expérience.

gerer-une-crise-d-angoisse-comment-faire

Je tiens à préciser que cet article témoigne seulement de mon expérience des crises d’angoisses, il n’englobe absolument pas toutes les sortes de crises d’angoisse (même si j’y fais parfois référence).

On estime qu’environ une personne sur vingt fera une attaque de panique au cours de sa vie, Elle peut avoir une relation avec une pathologie psychiatrique ou somatique, ou au contraire apparaître chez une personne ne souffrant d’aucune maladie particulière.

Crises d’angoisses morbides

Il y a peu j’ai été confrontée à des crises d’angoisses dites « morbide »,

Auparavant j’avais entendu parler de crises d’angoisses, dans des endroits clos et réduits comme le métro (souvent lié à la claustrophobie), je pensais qu’il y avait, parfois, une exagération des faits dans ce qui m’étaient racontés.

Puis, elles me sont tombées dessus.

Je vais vous raconter mon expérience et les ressources que j’ai utilisé pour me sortir de cet enfer (sans exagérations).

Les possibles causes (me concernant) :

Durant l’année 2018, j’ai décidé de ne passer à côté de rien, de vivre à 2000%, je me suis inscrite à différents cours de sports (salle, natation, escalade), formation au permis de conduire, formation d’anglais, coaching, musique, m’occuper de ma mère et ma petite sœur (Elles avaient élu domicile chez moi suite à une rupture), organiser des retraites de bien-être (rando-yoga en reversant les bénéfices à une association), reprendre en main ma carrière artistique, être à l’écoute, aider les autres un maximum, aimer, j’ai même testé une plante médicinale à laquelle mon corps à absolument mal réagi (J’ai possiblement fait un bad trip, ce qui me semble clairement lié à mes crises d’angoisses redondantes les mois suivants. (j’en parlerai avec plus de recul)).

Au mois de Novembre, j’étais de plus en plus sensible, les malheurs des autres, les catastrophes et perversions de ce monde me submergeaient. Mon cerveau tournait, chauffait, sans jamais s’arrêter. J’étais devenue tellement exigeante avec moi-même et le monde que j’en avais oublié de rêver, de méditer (C’est beau de le conseiller mais encore faut il se l’inculquer).

C’est alors que mon corps et mon cerveau m’ont lâchés, une première fois dans la voiture au retour d’un tournage (le réalisateur n’était pas dans son meilleur jour, j’étais arrivée en retard et tout cela m’avait affecté, même si je pensais contrôler mes émotions et accepter la situation).

J’étais donc dans le uber pour rentrer chez moi, et d’un coup, ma nuque s’est mise, je dirais… à chauffer, mes sinus également, mon cerveau était engourdi et je me suis dit « Je pourrais ouvrir la portière de la voiture et s’en sera fini de moi ». Je ne voulais pas le faire, alors je me répétais, pour lutter contre cette idée qui semblait venir d’ailleurs,  » Si je ne touche ni à ma ceinture, ni à la porte, et que j’attends gentiment d’arriver chez moi, il ne m’arrivera rien » Chaque seconde était une lutte et je ne comprenais absolument pas ce qu’il m’arrivait si soudainement. J’ai même eu l’idée intense de demander au chauffeur de m’emmener tout de suite à l’hôpital, j’avais l’impression d’être en train de devenir folle et dangereuse pour moi même pour toujours.

Finalement, arrivée enfin à destination, chez moi, j’ouvre la porte dans un malaise extrême. Ma mère est chez moi. Je file dans la cuisine. C’est alors que ma mère me suit car je ne répondais pas trop durant mon cours passage dans le salon. Je lui dis que je ne me sens pas bien, ce à quoi elle répond « ça y est, j’ai trouvé un appartement » (pensant me soulager), elle avait trouvé un appartement.

(*WTF*) Furieuse je ne me sens pas écoutée du tout, même dans un état d’urgence, l’impression d’être face à une réponse totalement égoïste. Je jette la chose que j’ai dans la main et je vais dans ma chambre pour fondre en larme comme jamais, ma mère vient alors me rassurer, ma petite sœur également.

« Je suis entrain de devenir folle », enfin c’est ce que je croyais.

Heureusement, l’angoisse se dissipe, elle se contrôle mais je la sens présente, seulement plus calme, moins hystérique.

Je décide de rester au calme, de ne m’entourer que d’éléments positifs, de faire de la méditation (ce qui m’aide beaucoup), de ne plus penser mais vivre l’instant présent.

*

Je me lève pour préparer le repas, je me mets à couper ce concombre, j’adore couper les légumes (chacun ses passions), c’est méditatif, jusqu’à maintenant ça m’a toujours fait du bien, mais ce jour là… Je regarde ce concombre… je regarde le couteau qui coupe… coupe… coupe… et je fais une grosse fixette, j’ai l’impression de ne plus être moi, mêmes sensations au niveau de la nuque et des sinus que la première fois (et que durant la prise de la plante), je vois ce putain de fucking couteau et je me dis « mais qu’est ce qui m’empêche de le tourner vers moi ? En deux secondes c’est fini » et je suis terrorisée par la puissance de cette idée qui me tourne autour, car encore une fois, JE NE VEUX ABSOLUMENT PAS MOURIR, mais je me sens hyper dangereuse vis à vis de moi même et heureusement une partie de moi me dit  » Non Angele, reste calme, va dans un endroit sûre, respire, tout va bien, ne fais pas de bêtises, il suffit que tu ne le fasses pas, ne laisses pas l’impulsivité avoir raison de toi. »

Cette petite voix pleine de sagesses, ce petit ange, cette lumière intense, lumineuse et stable en toi. Elle veille sur toi, tu peux lui faire confiance.

Je vais donc dans ma chambre en jetant le couteau dans le lavabo et en disant « Je n’arrive même pas à couper un putain de concombre » « Et si je restais toute ma vie comme ca ? Et si la plante médicinale m’avait rendu folle ? « .

C’est alors que j’ai commencé à faire des recherches et me suis aperçue que mes symptômes étaient très similaires à ceux que l’on peut observer durant des « crises d’angoisses » :

Lors d’une crise d’angoisse, alors qu’il n’y a aucun réel danger, parfois suite à un stress, le corps se met en alerte « maximum », il reçoit une montée d’adrénaline intense, il est comme plongé dans un « film d’horreur », il devrait répondre à cette adrénaline en courant par exemple mais il n’y a pas vraiment de danger (mise à part si comme moi, on a l’impulsivité de se foutre soi même en danger)

  • – Symptômes psychiques : L’impression de devenir fou, l’impression d’incontrôle de « soi », L’impression d’un danger imminent (venant de soi ou d’ailleurs), peur de mourir.
  • Parmi les symptômes physiques les plus fréquents, on va retrouver : des sensations d’étouffement et de blocage respiratoire, des sensations d’oppression, des douleurs thoraciques, des palpitations, des sueurs, des tremblements, un sentiment d’étourdissement ou de vertige, une gène abdominale, des nausées et des vomissements, etc.

Cela m’arrivait parfois lorsqu’il y avait un fort bruit de travaux, du « brouahah », ou lorsque je recevais une réflexion (des autres, ou de moi envers moi même), la moindre énergie négative pouvait se transformer en crise d’angoisse intense.

J’ai alors recueilli diverses méthodes pour se sortir de cet enfer sans passer par des médicaments chimiques qui endorment le problème, ne le règle pas et provoquent une accoutumance :

  • La méditation (les méditations de l’application PetitBambou sont très bien)
  • les exercices de respiration et de pleine conscience
  • chlorure de magnésium, Euphytose, Klamath etc…
  • Fleurs de Bach
  • Huiles essentielles (Ylang-Ylang, petitgrain bigarade etc…) et tisanes tranquillisantes (Valerianne, passiflore, coquelicot, camomille)
  • Une brume d’oreiller, des odeurs réconfortantes
  • Diminution des excitants (café, alcool etc…) si ils sont trop présents dans votre vie.
  • Arrêt de la clope (cigarettes)
  • Activité physique régulière (Sans être excessive)
  • Bon rythme de sommeil (la fatigue est un gros facteur)
  • Éloignement de toutes énergies négatives (personnes, lieux, objets) sans culpabilités car l’urgence à ce moment là c’est toi, si des personnes se sentent rejetées, ce sont leurs problèmes et elles le comprendront certainement plus tard.
  • Tu ne peux pas aider si tu vas mal alors, pense à toi.
  • Le soleil
  • Le calme, les films positifs, lire le petit ours brun, dessiner, écrire laisser parler sa créativité sans aucune pression.
  • Les animaux
  • marcher, prendre l’air, danser
  • la bienveillance autour de toi et en toi
  • Parler de ce qui se passe et avertir pour que tes proches puissent réagir en conséquence si une crise arrive.

L’idée est de chasser les idées qui te perturbent dans les périodes de crises d’angoisses et d’y revenir plus tard si nécessaire, dans un moment plus calme et plus serein.

Thérapies :

Sachez qu’il y a des solutions, que ces crises se traitent, et qu’elles peuvent disparaitre aussi vite qu’elles sont arrivées. (pour ma part elles ont durées 2 mois mais je les ai vite prises en charge). Chaque être est différent cela prendra le temps qu’il faut mais vous vous en sortirez, j’y crois. Positive attitude.

3 réflexions au sujet de “Angoisses, anxiétés”

  1. Bonjour Angèle, tout d’abord, merci pour cet article qui m’a aidé à en savoir plus sur les crises d’angoisse. Je ne connaissais pas les crises d’angoisse dites morbide et ton témoignage est très éclairant. Comme quoi, les apparences sont trompeuses car je te suis sur Instagram et je ne décelais aucune fragilité chez toi, tu es tellement jolie, tellement parfaite que je te prêtais une confiance absolue en toi. Ton moment de détresse me touche car je t’aime beaucoup et j’aimerais te conseiller et t’aider mais je ne connais pas vraiment de remèdes à ces crises d’angoisse. Je te souhaite de ne plus connaître ces moments difficiles et merci encore pour cet article et pour les solutions mentionnées, car, moi aussi, je souffre, de temps en temps de crises d’angoisse.

    J'aime

  2. C’est extraordinaire car les yeux d’Angele (cela pourrait faire un joli titre de bouquin) reflètent ce mix entre une grande mélancolie et un Carpe Diem au max (je m’en fous, je veux profiter un max!)

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s